Articles Tagués ‘#intikhabates’


Ce sont des partis locaux comme les autres, avec ou sans programme électoral…. À ceci près que leurs noms et leur discours sont assez rigolos… Aperçu des partis MDR marocains !

Parmi les candidats : le Parti du savon noir, le Parti de l’âne démocratique ou encore le Parti des sauterelles libérales socialistes centristes marocaines.

« Le Parti du sabone el beldi [savon noir] est le symbole de la lutte contre les saletés du pays. Nos orientations politiques sont de gauche-droite, Nord-Sud et horizontale-verticale… Glissez avec le Parti du sabone el beldi (PSB) et ne vous arrêtez jamais de militer ! »… C’est avec ces phrases bizarres et à peine déchiffrables que commence son discours de campagne le docteur Koteha, mascotte du PSB. D’une durée de trois minutes, la réalisation satirique du réalisateur artistique marocain Rachid Jadir ne manque pas d’humour. Des vidéos sur Youtube aux groupes Facebook, les partis, qui tournent à la dérision les programmes politiques en cette période de campagne électorale, fourmillent sur la Toile marocaine. Outre le PSB, le PÂDM, le PUV et le PTK sont les plus appréciés.

Revendications

حزب الصابون البلدي

Le PSB, avec ses 3 105 membres, semble être un simple parti humoristique marocain. Mais une fois que l’on l’analyse, le discours du Dr Koteha met, en réalité, à nu les revendications des manifestants avec un brin d’exagération, empli de sous-entendus. « Concernant les droits de la femme, nous lui donnerons l’occasion de se venger de toutes les années de déperdition et de hogra. Nous lui accorderons un mariage de quatre hommes jusqu’à l’infini, et nous imposerons à ces derniers le voile et des lunettes de soleil. Nous donnerons aussi aux femmes la liberté de se déshabiller et nous veillerons à ce qu’elles soient transparentes et bien formées… », peut-on écouter dans la vidéo du PSB. Pour le slogan, les interprétations sont les bienvenus. « Notre slogan est le suivant : ensemble pour lutter contre alfassas et almoufssissines… » Sûrement une méchante dyslexie du Dr Koteha, qui voulait parler de « dépravation » et de « dépravés». « Une blague sur El Fassi », conclut Rachid Jadir.

Si le PSB est le seul parti humoristique à avoir, à sa façon, vraiment joué le jeu de la campagne électorale, d’autres ont de leur côté un programme, des commentaires ou des idéologies assez insolites. Avec ses 626 membres, le Parti de l’âne démocratique marocain (PÂDM) tient un discours bref, concis mais très populaire. En guise d’insoumission, le parti met les points sur les «i» : « Nous mourrons, oui, mais nous ôterons la selle de nos dos… », peut-on lire dans la présentation de la page Facebook du PÂDM.

Concernant les motifs qui poussent certains à y « militer », ils convergent vers la même chose, et le message est même à connotation phallocratique : « Après une longue réflexion, nous avons décidé de voter pour le parti de l’âne car son programme est clair et très long et ne connaît que la droiture… Votez [pour] l’âne et vous ne serez jamais déçus ! ».

« No, we cant ! »

Le Parti ultra-vide (PUV), quant à lui, n’a « pas de programme, pas de vision, pas de stratégie. Il ne propose rien et ne mettra rien en œuvre pour y parvenir. Quand il n’applique pas à la lettre la politique de la chaise vide, le PUV se réunit à huis clos pour exclure les illuminés qui tenteraient de faire quelque chose », peut-on lire sur la page Facebook de ce parti. Rassemblant autour de lui 136 membres, le slogan du PUV peut paraître très anti-Obama : « No, we cant! » Les partisans de cette formation ce sont amusés à faire leurs propres propositions. Par exemple : « On sera de droite les jours pairs et de gauche les jours impairs », ou encore « Une carte de paresse sera distribuée au plus inactifs… », peut-on lire sur l’un des commentaires. Dans un discours plus « politique », le PUV se prononce : « Position officielle du PUV concernant les élections : on ne sait pas. Aucun de nos militants ne s’est penché sur le sujet. » Et pour couronner le tout, le PUV n’est pas un fanatique du boycott, encore moins du vote : « Certains appellent au vote, d’autres au boycott, le PUV n’appelle à rien du tout ! »

D’autres partis, tels que le Parti de tassa et kartassa (Parti de l’alcool et du plomb) ou encore le Parti des sauterelles libérales socialistes centristes marocaines (PSLSCM), ont une rhétorique nettement plus libertaire. Ils promettent en effet dans leur programme électoral de « rapprocher les dealers de drogues et les citoyens », d’« accorder des réductions pour les fêtards » ou même de « miser sur l’enseignement en prônant les valeurs de la soumission.» ça promet pour le prochain gouvernement (version humoristique).

Publicités

Nous vivons une crise politique assidue. Nous avons tous pris –même si tard un peu- conscience de notre inconscience. Les responsabilités politiques sont entrain de « dégager » en réponse intelligible aux nombreux « DEGAGE » scandés dans les manifestations de février 2011 ou bien avant. Combien de fois avons-nous entendu cette phrase nauséabonde et migraineuse : «  je m’en fous. Lah Ghaleb. Ils sont tous des voleurs. » A ce point, nous lâchons prise, nous les marocains ? Je n’ai jamais connu de marocains qui rendent les armes ainsi ? Les boycotteurs iront se réfugier dans le temple du M20F ? Ce dernier n’est qu’un paracétamol social, un défouloir magnifique de revendications et son existence est certes inéluctable, mais en parallèle, l’acte du vote est une complémentarité nécessaire.

Si j’ai pris la décision aujourd’hui de voter, ce n’est pas parce qu’hier ou la semaine dernière mais amis USFPistes ou RNIstes ou PJDistes (ou autres) m’ont fait un lavage de cerveau ou ont essayé de me convaincre mais les raisons sont autres.

 

J’ai pris la décision de voter pour donner tort aux boycotteurs et empêcher les politiciens dépravés de décrocher encore une fois la tête du futur gouvernement. Ma décision de voter vient aussi du fait que je suis optimiste. Tout est entrain de muter vers l’amélioration. Rien au Maroc n’est plus comme auparavant. Pour la petite histoire, je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais j’ai constaté durant la campagne électorale la présence d’un type de femmes voilées en jellaba, manches retroussées entrain de faire la promotion de leur parti, et ces femmes là m’ont assuré n’avoir pas touché un sou de corruption. Ces femmes là le font par amour au Pays, par amour à leur mari ou encore par éveil- tout simplement. Partout dans le monde nous assistons à des scènes de corruption dans ce genre de jeu politique… Il ne faut quand même pas chercher la perfection, encore moins vouloir agir en terme de transmutation de valeurs morales. La philosophie du marteau est entrain de s’installer petit à petit au Maroc. Il faut fustiger les dépravés et leur lancer un regard noir… ; en votant. Le RNI a un programme économique alléchant et c’est normal. Le PJD a un programme social dévoué et c’est obligé. L’USFP pour son compte a derrière lui des légendes qui peuvent à n’importe quel moment de la vie politique du Maroc ressusciter. Les autres parties ont eux aussi de l’ambition mais pas assez de communication, pas assez de conscience, pas assez de mentalité 2.0. Je vote donc par élimination. Non pas parce que je n’ai pas le choix mais par ce que j’ai un pressentiment aussi qu’il faut voter cette année là. Nous avons tous une nouvelle responsabilité qui surgit de je ne sais ou –comme l’envie de manger, de rigoler, de dormir- nous avons une envie d’être politiquement responsable. Sans le vote, aucune trace de notre action ne sera retenue. Quand on ne participe pas à un événement national, j’ai personnellement l’impression d’avoir raté une chance de me responsabiliser, de donner mon avis, de me battre contre une loi, une croyance, un circulaire…

La jeunesse marocaine fuit les urnes non seulement parce que les institutions sont dépravées, mais aussi parce que les règles du jeu politique sans dur à comprendre. La règle du jeu est tout de même simple –simpliste j’allais dire- c’est prendre une décision. Et c’est ce que j’ai fait aujourd’hui – et j’estime que ca comment par là- j’ai décidé de voter. J’estime aussi que chacun d’entre nous devrait convaincre le maximum de son entourage à voter. C’est un projet d’avenir collectif et il faut le réussir. Le boycott n’a pas de double choix. Le boycotteur va constamment avec l’idée du tous-pourris, alors que tout le monde sait que nous sommes un tantinet responsables de ce tous-pourri et c’est pourquoi il faut donner sa voix… « On n’est pas assez impliqués », me diraient certains. Et bien votez et proposons tous un nouveau contrat social. Internet au Maroc jouit d’une immense démocratie. Avouons alors qu’une grande partie de cette dernière et acquis. Avons-nous fait assez de bonnes actions avec ? « Mais je n’ai  pas envie de voter, c’est mon droit», va rétorquer un boycotteur. En s’unissant, nos votes tonifieront cette démocratie incomplète… répondrais-je. Enfin, je vote aussi pour faire de la force de notre union un énorme pas social de changement, sans violence ni baltajisme. Je vote car plus on vote et plus notre pouvoir est légitime. Je vote car plus on vote et plus nous mettrons de la pression positive sur nos élus que nous avons-nous même choisi, pour une fois. Je vote, oui,  mais si on continu dans la même trajectoire de la dépravation, c’est la première et la dernière fois que je vote, ce vendredi 25 Novembre 2011.