Archives de la catégorie ‘musique’


Réalisé par Bouraque Tarek ( Facebook https://www.facebook.com/profile.php?id=100001221584791 )

Commentaire : Alae Bennani


Fondateur d’AB-CB (Amine Bendriouich Culture & Bullshit), Amine Bendriouich, 25 ans, compte déjà un prix, le Créateurope, qu’il a décroché à Berlin en 2009, et, surtout, une vision unique de l’habit. Dans cet entretien, il nous apporte son regard sur la manière dont nous, Marocains, nous habillons. Un moment de pure vérité.

Amine Bendriouich : «<em> Si les gnaouas existaient à New York, les gens s’inspireraient d’eux et feraient de ce modèle une fusion mystique et moderne .</em>»  Photo FRANK SCHOEPGENSAmine Bendriouich : « Si les gnaouas existaient à New York, les gens s’inspireraient d’eux et feraient de ce modèle une fusion mystique et moderne .» Photo FRANK SCHOEPGENS

Quel regard portez-vous, en tant que styliste, sur la manière de s’habiller des Marocains ? 
Ça dépend. Je n’aime pas les généralités, mais il me semble que l’on a beaucoup perdu de la classe que l’on avait. Aujourd’hui, on est entré dans une standardisation de l’aspect vestimentaire. C’est comme si nous étions tous invités à une soirée et on nous a demandé de suivre le même dress code. Tous les hommes sont en chemises blanches ou polo et un jean ,et les femmes aussi, même si elles osent un peu plus.
Il reste encore beaucoup d’effort à faire, notamment sur le plan de l’imagination.

Pourquoi y a-t-il encore ceux qui ne savent pas marier les couleurs ou avoir un goût vestimentaire propre à eux ? 
Les gens qui ont un style distingué ne s’affichent justement pas beaucoup au Maroc, à cause du regard de l’autre, de la société qui les juge. Mais la donne change. Petit à petit, on commence à s’assumer et s’accepter comme on est. Certains préfèrent se montrer même si leur aspect vestimentaire est jugé saugrenu.

Sommes-nous des fashion victims ? 
On peut dire que nous le sommes; c’est péjoratif comme notion. Quand certains jeunes veulent briser les limites de leur paraître, ils cherchent à imiter le style des mannequins qui posent pour les magazines, ou bien ils achètent des tenues et accessoires vues dans des soirées ou des séries télévisées.

À votre avis, de qui s’inspire la majorité des Marocains pour s’habiller ?
Malheureusement, nombre de gens s’inspirent des séries pourries et traduites en darija qui passent à la télévision. D’autres s’inspirent de leurs amis qui ont fait le choix d’un style qui les arrange.
En général – et ce qui est déjà un grand pas –, la communauté de la mode que nous avons ici au Maroc s’est inspirée des styles des genres de musiques internationales tels que le rock, le hip hop, le punk, etc. Nous restons, encore une fois, otages de l’ostentatoire et du spectacle. Et nous oublions que notre culture est aussi riche en sources d’inspiration. Si les gnaouas existaient à New York, les gens s’inspireraient d’eux et feraient de ce modèle une fusion mystique et moderne. C’est ce que l’on n’a pas encore exploité.

«On est rentré dans une standardisation vestimentaire. C’est comme si nous étions tous invités à une soirée et que l’on nous ait demandé de suivre le même dress code».

Existe-t-il des coachs pour l’image au Maroc, de façon à aider les gens à améliorer leur manière de se vêtir ? 
Pas vraiment, et c’est tant mieux. Les coachs n’ont rien à nous enseigner sauf, peut-être, une manière de se voir et de se présenter dans la société. Avec toutes les limites de la démarche. J’essaye moi-même de comprendre pourquoi ce style serait meilleur que l’autre. Je peux à la limite donner des conseils, mais le plus important pour moi, c’est que chacun doit s’habiller de la manière dans laquelle il se sent le plus à l’aise.
Le style ou la tendance du moment obsède les gens, et c’est pourquoi il ne faut pas les suivre d’une manière irréfléchie. Être soi-même, c’est chic.

Vos créations s’inspirent de l’univers urbain. Pensez-vous que les Marocains accepteraient des styles nouveaux. Qu’est-ce que cela signifie au juste ?
Notre société est de plus en plus urbaine. À un certain moment, il faut commencer à assumer cela. Je ne peux pas dire mieux que le naturaliste français Georges-Louis Leclerc de Buffon : « Le style est l’Homme même ». Hassan II, lui aussi, comprenait très bien cette phrase.
Il existe des gens qui portent un sac de patates et que l’on trouve extraordinaires. D’autres peuvent porter les costumes et les robes les plus in du moment, et ils vont avoir l’air de rien.
Pour moi, le vêtement est l’accessoire de l’attitude. Et c’est l’attitude qui dit au monde qui nous sommes.


Aujourd’hui, le Maroc compte près de 5 000 hippies. Rencontre avec l’un des plus actifs d’entre eux, Khalil, notre Hendrix national.

                                             Khalil EL Bouayadi : «Donner l’amour à travers la musique ». Photo Yassine TOUMI

Des lunettes à la John Lennon, des cheveux légèrement longs et frisés, attachés d’un bandeau indien et une barbe de bouc… Khalil EL Bouayadi, âgé de 40 ans et résidant à Settat, est le dernier hippie marocain. « Rien de si fameux dans mon quartier d’enfance, Smaâla, à Settat. Ah si… Il y avait à l’époque beaucoup d’Américains bizarres et ils étaient…. hippies », se remémore Khalil. Ce dernier a su, dès son plus jeune âge, faire ses choix et se tracer son propre chemin. « Mon père était enseignant, intellectuel d’éducation islamique à l’université El-Qaraouiyine à Fès et me disait souvent qu’il connaissait mieux que moi ces « scarabées » [allusion au mot-valise Beatles – n.d.l.r.] que j’adulais, raconte Khalil. Mais nous n’avions jamais eu de débat sur mes choix musicaux ni mes convictions religieuses. »

Se faisant petit à petit son propre monde hippie, Khalil, se voit « obligé » d’avoir un diplôme « pour que les gens te parlent », se justifie-t-il. Il entame alors une formation et décroche son diplôme en gestion des entreprises. Une fois sur le marché du travail, Khalil se retrouve dans la situation coutumière de l’époque : au chômage. « C’est grâce à mes six années de chômage qu’aujourd’hui je suis artiste », nous confie-t-il. En 4e année de ses études, Khalil nous révèle le détail qui avait déclenché son amour de la paix. « Mon professeur de français m’avait demandé de faire un exposé sur les hippies. Nous réaliserions plus tard que l’on avait un point commun : l’ambition de donner l’amour à travers la musique. »

Le chômage comme énergie créative

Durant ses six années de chômage, Khalil passait la majorité de ses journées à lire des livres sur l’histoire de la musique, offerts par son père. « Un ami m’a dit un jour que nous vivons dans la plus tragique des misères et que cela ne ressemble pas à notre intellect. J’ai donc décidé de prendre mon avenir à deux mains. Je me suis inscrit dans un conservatoire de musique », révèle Khalil.  Pour six heures de solfège de guitare par jour, le Last hippie finissait ses nuits avec la casquette de marchand ambulant afin de payer ses cours… Khalil voyageait beaucoup, mais c’est son voyage à Essaouira qui allait lancer sa carrière de remarquable guitariste beatnik.

«Woodstock au Maroc aura lieu quand on aura de nombreux centres culturels et conservatoires de musique. Ne baissons pas les bras.»

« Je suis parti avec des amis à un restaurant. L’ambiance aurait frôlé la perfection si quelqu’un y avait joué de la musique. Et c’est ainsi que ma proposition fut retenue », précise-t-il. D’un restaurant à l’autre, Khalil commençait à se faire un nom, à devenir un pro de la guitare électrique et créa en 2005 son propre groupe de rock, The Legend Revival. « Le groupe se limite à trois membres.

Moi-même, guitariste, chanteur et compositeur, Yassine Nouari, bassiste et Mohamed Yassine Nabil, le batteur. Nous sommes tous des prosélytes de l’école hendrixienne et du Heavy Metal des années 1970 », explique Yassine. Legend Revival, comme son nom l’indique, fait revivre les légendes du rock. « Je n’oublierais jamais le jour ou nous sommes montés sur scène trois jours d’affilée à L’Boulevard. Nous étions le premier groupe de rock marocain à jouer le thème Woodstock. Hendrix, Johnny Winter, Canned Heat, Black Sabath, Jethro Tull. Tous nous hantaient ces jours-là» , se rappelle Khalil.

L’espoir de la musique

«À Settat, j’ai un petit magasin de disques vinyle que j’entretenais en donnant des cours de musique un peu partout dans les écoles. Un vieil ami m’avait dit que le métier consistant à chanter les légendes ou à les vendre est une chose magnifique, mais cela restait un simple cimetière d’artistes que les gens visitaient de temps en temps. J’ai donc pensé à réaliser mes propres compositions », nous confie Khalil. Mais Khalil ignorait encore l’ampleur et la facilité avec laquelles les choses allaient s’ouvrir devant lui. « Feu M. Rimi, un autre ami à moi, était enseignant d’histoire à l’époque. Il venait souvent chez moi au magasin pour écouter du Santana et lui apprendre à jouer de la guitare à l’insu de ses enfants. Il voulait leur faire une énorme surprise mais il mourut plus tôt et cela m’a marqué », témoigne Khalil. Rimi avait laissé en guise d’héritage un conseil précieux à Khalil : « Créer une association, sinon personne d’autre ne le fera » Et l’association Musique espoir naquit en 2007. « L’objectif principal de ce festival est de lutter contre la délinquance des jeunes », précise Khalil.

Ce dernier lance alors la première édition du Festival musique espoir à Settat en décembre 2008. Elle avait vu la présence de quelque 4000 baba cool qui ont pleuré devant la photo faisant hommage à M. Rimi. La deuxième édition s’est tenue les 9 et 10 juillet 2010 avec un public de 3 000 personnes, « car les autorisations de production nous ont été livrées à la dernière minute, en plus de l’inexistence des sponsors et des aides financières », déplore Last hippie. La troisième édition peine à avoir lieu, car « ces complications me démotivent », nous avoue Khalil.

Mise à part l’association EAC L’boulevart, l’Institut Goethe, l’INDH, la wilaya et quelques vrais amis, personne n’a pensé à aider Last hippie. « Sincèrement, le ministère de la Culture ne fait rien du tout, ne donne rien. Que personne ne vous mente. Il voulait même me voler mon projet de musique espoir, et je me suis battu pour le récupérer », nous affirme Khalil. Ce dernier, tout comme n’importe quel amoureux de la musique, rêve d’un Mawazine 100 % marocain. Notre dernier hippie ne nous quitte pas sans nous dire ces mots sages et pleins de Flower Power : « La classe moyenne au Maroc doit s’élargir. La pauvreté rend les gens extrémistes.

La richesse rend les gens sauvagement capitalistes. Sans une classe moyenne, ne vous attendez à rien en ce qui concerne la culture du pays. Woodstock au Maroc aura lieu quand on aura de nombreux centres culturels et conservatoires de musique. Ne baissons pas les bras. Prônons le « Peace and Love », les gens », conclut-il.◆

PS: Pensez à simuler vos votes SVP, comme ça, nous avons une idée sur les prochaines élections marocaines du 25 Novembre 2011 . http://bit.ly/shpt4a  Merci .


Hay Mohammadi à Casablanca n’est pas uniquement un quartier défavorisé. Il est aussi le bercail de plusieurs artistes ayant transformé leurs peines en succès grâce à leurs talents. Pleins feux sur un groupe de prodiges nommé Kira 13.

 

Mohamed Bakhalk, président de l’association Kira 13. Photo Yassine TOUMI

Derrière le commissariat du Derb Moulay Cherif, petit à petit, des handicapés physiques rejoignent  le café-club socioculturel Bachar-El-Khayr de Hay Mohammadi. Ici, on ne parle point de handicap mais de théâtre, de musique et d’art en général. Il y a près d’un an environ, des jeunes ayant divers talents se donnaient rendez-vous à cet endroit pour faire du théâtre. Aujourd’hui, tout a changé.

Le social, partout du social

« À la base, nous étions une troupe de théâtre dont le nom était Kira 13. Pourquoi ce nom ? Hé bien, parce que nous sommes essus de Hay Mohammadi, et tout le monde ici connait l’artiste Kira Mohamed. On a voulu lui rendre hommage, à lui, ainsi qu’à 12 autres artistes du quartier, tels Mohamed Miftah, Omar Sayed, Larbi Batma et Boujmie. Kira était le 13e de ces personnalités et, comme par enchantement, même le commissariat où se trouvait un centre de détention ici portait le numéro 13. La coïncidence est hallucinante ! », nous révèle Mohamed Bakhalk, président de l’association Kira 13.

Se réunissant souvent au café-club Bachar-El-Khayr, ils étaient quatre, avant de devenir aujourd’hui une cinquantaine, répartis dans tout le pays. « L’idée nous est venue le 20 juillet dernier, alors que nous étions en train de parler d’action sociale. Nous nous sommes dit qu’il fallait non seulement être présent sur la scène artistique, afin de faire renaître les artistes que nous avons perdus, mais aussi laisser une empreinte de nous-mêmes à Hay Mohammadi », nous explique Mohamed. D’un groupe de jeunes dispersés, Kira 13 est aujourd’hui une association artistique, culturelle, sociale et surtout volontariste, aux réalisations diverses.
« Nous avons joué dans plusieurs soirées pour la RTM, ainsi qu’à la radio Casa FM », précise Mohamed. Jusqu’à présent, Kira 13 a à son actif cinq pièces de théâtre. La première, Mazal Denia Bikhir, a été réalisée à Ouarzazate pour la colonie de vacances de la société marocaine de dragage, Drapor, et traitait de la loyauté et de la fidélité. La deuxième, Tajine Maghribi, fait une critique de la situation actuelle du pays. La troisième, jouée dans plusieurs écoles, a été réalisée pour le ministère du Tourisme, qui a voulu évoquer la question de la déperdition scolaire. « La quatrième, s’appelle Chkoun Baghi Yekhdem, où nous évoquons ces entreprises qui exploitent les stagiaires sans les payer. Enfin, Fi Dakika. Cette dernière transmet un message simple mais universel : ce n’est pas grave de perdre une minute pour une vie, mais c’est grave de perdre une vie pour une minute», nous explique Mohamed Bakhalk. Mais l’ambition ne s’arrête pas là, Kira 13 compte également se faire un nom sur la Toile : « Nous comptons créer une Web radio pour Kira 13. L’émission sociale aura pour nom Smaa Aala Wednik Barnamaj Jdid», poursuit Mohamed.

Mis à part le théâtre, Kira 13  a crée un groupe de musique composé de trois jeunes, dont deux sont malvoyants, Driss, Nizar et Zakaria, les Blind-boyz & G. « Ces derniers sont très cultivés et sont plus clairvoyants que bien d’autres. C’est leur génie qui est aveuglant. En dehors de la musique, nous faisons de la  randonnée, des formations au recyclage, des activités éducatives, du jardinage volontaire dans les écoles publiques et à prix symbolique dans les écoles privées », détaille le président de Kira 13.

Sponsors réticents

Malheureusement, Kira 13 n’a pas de sponsor. À l’exception de Drapor, personne ne s’est intéressé à eux. « Les sponsors ont-ils un problème avec Hay Mohammadi ? », s’indigne Mohamed. « Nous n’avons pas de siège, ni de bureaux. Le clientélisme est légion. Je connais de nombreuses associations qui ne font rien et qui ont des locaux et des aides mensuelles. Nous comptons, d’ailleurs, envoyer une demande à l’INDH. J’espère qu’ils voudront bien nous aider », confie Bakhalk, inquiet.
Kira 13 est une association très ambitieuse mais qui cherche de l’aide financière et morale. « Nous avons aussi l’ambition de réaliser pour la première fois au Maroc des mangas marocains en bandes dessinées puis – pourquoi pas ?– l’adapter à la télévision. Les sujets relèveront plutôt du social… », espère Mohamed.◆

Microbiographie

Bakhalk Mohamed aime à (ra)conter une courte biographie de l’humoriste Mohamed Kira. « Quand j’étais enfant, il était l’ami de mon père. Il était l’ami de tout le monde en fait, grâce à ses blagues spontanées. Il travaillait dans la menuiserie, et son sens de l’humour était connu de tous. Il a vécu modestement et mourut modestement. Nous voulons faire de lui un personnage éternel. Il a lancé plus d’une cinquantaine de blagues, que nous envisageons de réécrire sur des maillots, avec sa photo et notre logo. Un maillot 100 % marocain ! »


Accusé d’agression et de violence contre un anti-20 février, le rappeur casablancais Mouad Belghaout, alias Lhaqed, a été mis en garde à vue dans la nuit du vendredi dernier. Récit et réactions.

Dès la nuit du vendredi, des manifestations ont été organisées devant le commissariat où le rappeur a été placé, demandant sa libération immédiate. Photos AICPRESS

Vendredi vers 16h00, le rappeur et militant du Mouvement du 20 février, Mouad Belghaout, entend depuis la fenêtre de sa chambre des cris et du brouhaha dans son quartier d’El Oulfa à Casablanca. Quelqu’un profère des insultes à son égard. Il s’agit de Hamouda, alias Taliani, l’un des anti-20 février les plus notoires du pays. «Ce dernier est venu à plusieurs reprises au quartier de Lhaqed insulter publiquement le mouvent contestataire et, en particulier, le jeune rappeur. Ça devenait insupportable», nous confirme un ami de Mouad. Lhaqed descend donc de chez lui pour voir ce qui se passe. «Il y a eu un petit accrochage entre les deux, mais les témoins les ont rapidement séparés, avant même qu’ils en arrivent à se donner des coups», témoigne ce même ami. Une fois séparés, Taliani serait reparti. «Mais, comme par enchantement, une estafette de police s’est rapidement manifesté et s’est arrêtée devant la maison de Lhaqed. Ils ont demandé au rappeur ce qui n’allait pas et ce dernier leur a raconté que Taliani l’avait provoqué», nous raconte notre témoin.

Recherché pour agression et violence

Les forces de l’ordre ont donc invité Lhaqed à se rendre au commissariat pour déposer une plainte contre la personne concernée. Une fois au commissariat, Lhaqed est pris à l’appât : la police l’informe qu’il est recherché pour agression et violence contre Taliani qui est dans le coma, certificat médical à l’appui. Aussitôt, Lhaqed est envoyé en garde à vue au commissariat Dar El Hamra de Hay El Hassani. « Je trouve que c’est un coup spectaculairement monté contre les partisans du 20 févier. La rapidité et la grande efficacité qui ont marqué l’arrestation de Lhaqed sont pour le moins inhabituelle », avoue l’ami du rappeur.

Des jeunes du Mouvement du 20 février ont aussitôt réagi. Ils ont observé, dès la nuit du vendredi, des manifestations devant le commissariat où le rappeur a été placé, demandant sa libération immédiate. Des manifestations qui se sont poursuivies le lendemain samedi. S’il est accusé d’agression et de violence contre Taliani, Lhaqed semble plus payer le prix de ses morceaux de rap, dont les propos anti-gouvernement, d’une rare audace, font le tour de la Toile. De son clip « Khitab » qui parodie ironiquement les discours royaux, à son clip « Klab Dawla » où il traite la police de «lèche-bottes» en passant par « Mgharba 3i9o » invitant les Marocains à se secouer et à faire gaffe aux Fassis «assoiffés d’argent et de pouvoir », Lhaqed a la langue haineuse et gêne beaucoup de personnes anti-20 février.

Pour l’ami de Lhaqed, «tout cela sent le complot . C’est une manière de perturber le programmes des marches du Mouvement du 20 février et de le discréditer».

Mis à part le groupe Facebook : « Pour la libération de Lhaqed » qui compte plus de 1000 membres, les associations des droits de l’Homme et les artistes déplorent une insulte à «la liberté artistique», pourtant garantie dans l’article 25 de la nouvelle Constitution.
«L’audace et les paroles de Lhaqed ne doivent pas le mener en prison, nous affirme Khadija Riadi, présidente de l’AMDH. Au contraire, cette personne a influencé positivement plusieurs militants dans le domaine de l’art et la liberté de la création artistique. C’est une atteinte à l’art et à la culture que d’avoir encore, aujourd’hui, recours à ce genre de méthodes au Maroc ». Plusieurs artistes ont également dénoncé cette «injustice» et ont exprimé sur les réseaux sociaux leur solidarité avec Mouad Belghaout. « Que peut on attendre d’un pays qui met ses artistes en prison ? », s’inquiète Réda Allali, chanteur et guitariste du groupe Hoba Hoba Spirit sur son mur. L’indignation ne fait que commencer.◆