Archives de la catégorie ‘himmich’


Considéré comme le parent pauvre du sport, l’escrime souffre d’une quasi-absence de médiatisation. Nous avons fait le déplacement chez des responsables de la Fédération royale marocaine d’escrime. Ces derniers se battent au sabre pour élargir la pratique de ce sport peu connu.

La vingtaine de clubs et d’associations d’escrime du Maroc se situent à Rabat, Essaouira, mais la grande majorité se trouve à Casablanca.La vingtaine de clubs et d’associations d’escrime du Maroc se situent à Rabat, Essaouira, mais la grande majorité se trouve à Casablanca. Photos Yassine TOUMI

«Enfin un journaliste qui nous appelle ! ». C’est en ces termes que Bouchto Zouhair, vice-président de la FRME, nous exprime son soulagement. Il saisit l’occasion pour exprimer son mécontentement vis-à-vis de la presse sportive marocaine, qui ne s’intéresse pas à l’escrime ou si peu. La réputation de ce sport, dont la pratique serait  réservée exclusivement à une catégorie sociale plutôt aisée, serait derrière ce manque d’intérêt. «Ce qui est archifaux», rétorque Mustapha Hattab, un autre vice-président de la FRME.

D’ailleurs, de plus en plus d’enfants s’y intéressent. «On doit comprendre qu’il est accessible à tous. Lors de la dernière inauguration du foyer des jeunes à Ben-Msik, nous avons pu voir des salles d’escrime où jouaient des enfants pas forcement riches», nous rappelle Mustapha. L’escrime, pour l’aimer, il faut le comprendre, et «cette tâche est notre devoir, ainsi que celle des journalistes», clarifie le vice-président.

Dispositif électrique

Étant un sport de combat, l’ultime but de l’escrime est de toucher son adversaire avec la pointe ou le tranchant de l’une des trois armes, à savoir : l’épée, le sabre, le fleuret, sans pour autant être touché. Pour gagner, il faut toucher l’adversaire 15 fois, validées par une lampe qui s’allume à chaque effleurement, ou rester en tête durant les neuf premières minutes du duel. « Chacune des trois armes est utilisée différemment des autres, selon les circonstances du jeu et la catégorie des joueurs », nous apprend Mustapha.

La piste, mesurant 14 mètres de long sur 1,5 à 2 mètres de large, comprend des zones limitant les mouvements des escrimeurs. « Un dispositif électrique assure automatiquement le décompte des points », enchaîne Hattab. Mais le combat est régi et arbitré pour éviter tout accident. « Les escrimeurs portent des protections de la tête aux pieds. Les arbitres donnent, comme au football, un carton jaune pour avertir. Deux jaunes valent un rouge, et un rouge donne à l’adversaire un point de plus. Un carton noir est généralement donné en cas de faute grave. Le joueur est exclu et interdit de participer aux jeux pendant deux mois », poursuit le vice-président de la FRME.

Résultats honorables en championnats

« Le Maroc compte plus d’une vingtaine de clubs et d’associations d’escrime à Rabat, Essaouira, mais la grande majorité se concentre à Casablanca », précise Zouhair.

L’escrime à l’honneur lors de l’inauguration de l’Espace jeunes de Sidi-Othmane.L’escrime à l’honneur lors de l’inauguration de l’Espace jeunes de Sidi-Othmane.

Pour ce qui est de la formation publique à l’escrime, cela se déroulait dans la salle fédérale du Complexe Mohammed-V. Aujourd’hui, dans le cadre de la coopération avec le ministère de la Jeunesse, l’escrime est intégré dans le programme sport-études dans les universités.

Concernant les compétitions et de les champions marocains d’escrime, le Maroc n’est pas si médiocre qu’on le croit. « Comme au football, nous avons des championnats : Coupe du Trône, compétitions nationales et internationales. À titre d’exemple, le dernier championnat national 2010-2011, c’est le club Al-Ouafae Al-Bidaoui qui  l’avait remporté. Aussi, on avait participé au championnat africain en Égypte dernièrement, et nous étions parmi les cinq premiers », avance avec fierté Hattab.

Parmi les escrimeurs marocains les plus connus, on peut citer Marouane Khalil (Al-Ouafae Al-Bidaoui), Rachid Meftouh (champion 2011 de l’Itihad Zerktouni), Xavier Ali qui joue à l’étranger, chez les femmes, il y a Hanane Attif (Club 2100), qui a décroché une médaille d’or récemment. « Heureusement que la FRME est là, car avant sa création, c’était la prévarication. Les neuf membres qu’elle rassemble veillent à la vulgarisation de ce sport ainsi qu’à son financement. Le ministère de la Jeunesse et des Sports s’est engagé en 2010 à nous accorder 800.000 dirhams par an. En 2011, cette somme a été réduite à 680.000 dirhams. On ne comprend pas pourquoi. Pour les sponsors, personne ne veut s’aventurer pour un sport méconnu», se désole Zouhair Bouchto. Autres problèmes, : le matériel est très coûteux, et nous n’avons pas de vrais entraîneurs professionnels. Ces derniers ont besoin d’un salaire d’au moins 2 000 euros pas mois », explique le vice-président.

Si la France compte 50.000 escrimeurs et si la Tunisie et l’Égypte en ont quelque 6 000 chacune, on n’en dénombre que 780 au Maroc. « Je dis ‘‘non’’ à la discrimination sportive. Nous voulons juste être estimés à notre juste valeur », martèle Hattab.◆

 

PS: Pensez à simuler vos votes SVP, comme ça, nous avons une idée sur les prochaines élections marocaines du 25 Novembre 2011 . http://bit.ly/shpt4a  Merci .

Publicités

Aujourd’hui, le Maroc compte près de 5 000 hippies. Rencontre avec l’un des plus actifs d’entre eux, Khalil, notre Hendrix national.

                                             Khalil EL Bouayadi : «Donner l’amour à travers la musique ». Photo Yassine TOUMI

Des lunettes à la John Lennon, des cheveux légèrement longs et frisés, attachés d’un bandeau indien et une barbe de bouc… Khalil EL Bouayadi, âgé de 40 ans et résidant à Settat, est le dernier hippie marocain. « Rien de si fameux dans mon quartier d’enfance, Smaâla, à Settat. Ah si… Il y avait à l’époque beaucoup d’Américains bizarres et ils étaient…. hippies », se remémore Khalil. Ce dernier a su, dès son plus jeune âge, faire ses choix et se tracer son propre chemin. « Mon père était enseignant, intellectuel d’éducation islamique à l’université El-Qaraouiyine à Fès et me disait souvent qu’il connaissait mieux que moi ces « scarabées » [allusion au mot-valise Beatles – n.d.l.r.] que j’adulais, raconte Khalil. Mais nous n’avions jamais eu de débat sur mes choix musicaux ni mes convictions religieuses. »

Se faisant petit à petit son propre monde hippie, Khalil, se voit « obligé » d’avoir un diplôme « pour que les gens te parlent », se justifie-t-il. Il entame alors une formation et décroche son diplôme en gestion des entreprises. Une fois sur le marché du travail, Khalil se retrouve dans la situation coutumière de l’époque : au chômage. « C’est grâce à mes six années de chômage qu’aujourd’hui je suis artiste », nous confie-t-il. En 4e année de ses études, Khalil nous révèle le détail qui avait déclenché son amour de la paix. « Mon professeur de français m’avait demandé de faire un exposé sur les hippies. Nous réaliserions plus tard que l’on avait un point commun : l’ambition de donner l’amour à travers la musique. »

Le chômage comme énergie créative

Durant ses six années de chômage, Khalil passait la majorité de ses journées à lire des livres sur l’histoire de la musique, offerts par son père. « Un ami m’a dit un jour que nous vivons dans la plus tragique des misères et que cela ne ressemble pas à notre intellect. J’ai donc décidé de prendre mon avenir à deux mains. Je me suis inscrit dans un conservatoire de musique », révèle Khalil.  Pour six heures de solfège de guitare par jour, le Last hippie finissait ses nuits avec la casquette de marchand ambulant afin de payer ses cours… Khalil voyageait beaucoup, mais c’est son voyage à Essaouira qui allait lancer sa carrière de remarquable guitariste beatnik.

«Woodstock au Maroc aura lieu quand on aura de nombreux centres culturels et conservatoires de musique. Ne baissons pas les bras.»

« Je suis parti avec des amis à un restaurant. L’ambiance aurait frôlé la perfection si quelqu’un y avait joué de la musique. Et c’est ainsi que ma proposition fut retenue », précise-t-il. D’un restaurant à l’autre, Khalil commençait à se faire un nom, à devenir un pro de la guitare électrique et créa en 2005 son propre groupe de rock, The Legend Revival. « Le groupe se limite à trois membres.

Moi-même, guitariste, chanteur et compositeur, Yassine Nouari, bassiste et Mohamed Yassine Nabil, le batteur. Nous sommes tous des prosélytes de l’école hendrixienne et du Heavy Metal des années 1970 », explique Yassine. Legend Revival, comme son nom l’indique, fait revivre les légendes du rock. « Je n’oublierais jamais le jour ou nous sommes montés sur scène trois jours d’affilée à L’Boulevard. Nous étions le premier groupe de rock marocain à jouer le thème Woodstock. Hendrix, Johnny Winter, Canned Heat, Black Sabath, Jethro Tull. Tous nous hantaient ces jours-là» , se rappelle Khalil.

L’espoir de la musique

«À Settat, j’ai un petit magasin de disques vinyle que j’entretenais en donnant des cours de musique un peu partout dans les écoles. Un vieil ami m’avait dit que le métier consistant à chanter les légendes ou à les vendre est une chose magnifique, mais cela restait un simple cimetière d’artistes que les gens visitaient de temps en temps. J’ai donc pensé à réaliser mes propres compositions », nous confie Khalil. Mais Khalil ignorait encore l’ampleur et la facilité avec laquelles les choses allaient s’ouvrir devant lui. « Feu M. Rimi, un autre ami à moi, était enseignant d’histoire à l’époque. Il venait souvent chez moi au magasin pour écouter du Santana et lui apprendre à jouer de la guitare à l’insu de ses enfants. Il voulait leur faire une énorme surprise mais il mourut plus tôt et cela m’a marqué », témoigne Khalil. Rimi avait laissé en guise d’héritage un conseil précieux à Khalil : « Créer une association, sinon personne d’autre ne le fera » Et l’association Musique espoir naquit en 2007. « L’objectif principal de ce festival est de lutter contre la délinquance des jeunes », précise Khalil.

Ce dernier lance alors la première édition du Festival musique espoir à Settat en décembre 2008. Elle avait vu la présence de quelque 4000 baba cool qui ont pleuré devant la photo faisant hommage à M. Rimi. La deuxième édition s’est tenue les 9 et 10 juillet 2010 avec un public de 3 000 personnes, « car les autorisations de production nous ont été livrées à la dernière minute, en plus de l’inexistence des sponsors et des aides financières », déplore Last hippie. La troisième édition peine à avoir lieu, car « ces complications me démotivent », nous avoue Khalil.

Mise à part l’association EAC L’boulevart, l’Institut Goethe, l’INDH, la wilaya et quelques vrais amis, personne n’a pensé à aider Last hippie. « Sincèrement, le ministère de la Culture ne fait rien du tout, ne donne rien. Que personne ne vous mente. Il voulait même me voler mon projet de musique espoir, et je me suis battu pour le récupérer », nous affirme Khalil. Ce dernier, tout comme n’importe quel amoureux de la musique, rêve d’un Mawazine 100 % marocain. Notre dernier hippie ne nous quitte pas sans nous dire ces mots sages et pleins de Flower Power : « La classe moyenne au Maroc doit s’élargir. La pauvreté rend les gens extrémistes.

La richesse rend les gens sauvagement capitalistes. Sans une classe moyenne, ne vous attendez à rien en ce qui concerne la culture du pays. Woodstock au Maroc aura lieu quand on aura de nombreux centres culturels et conservatoires de musique. Ne baissons pas les bras. Prônons le « Peace and Love », les gens », conclut-il.◆

PS: Pensez à simuler vos votes SVP, comme ça, nous avons une idée sur les prochaines élections marocaines du 25 Novembre 2011 . http://bit.ly/shpt4a  Merci .


« Les dérives sexuelles sur Internet au Maroc », tel est le thème d’une étude dont les grandes lignes ont été présentées par Imane Kendili, psychiatre, psychologue et addictologue au CHU Ibn-Rochd, lors du 15e Congrès marocain de sexologie, qui s’est tenu les 14, 15,16 octobre à Casablanca.

Tous les jours, un tiers des 12-18 ans se connecteraient à Internet, et presque la moitié le feraient durant une à trois heures.Tous les jours, un tiers des 12-18 ans se connecteraient à Internet, et presque la moitié le feraient durant une à trois heures.

Le Congrès marocain de sexologie aura été moins théorique cette année. La 15e édition s’est penchée sur  les rapports des Marocains à internet. Parmi les sujets traités dans cette étude, qui sera prochainement publiée, on retrouve « Internet et les violences sexuelles au Maroc»,  «La cyberaddiction sexuelle au Maroc» ou encore «Couples, infidélité et Internet au Maroc».

L’étude a été réalisée par les psychiatres membres de l’Association marocaine universitaire de santé sexuelle (Amuss), Imane Kendili, Roquia Benjelloun, Adil Khoubila et Nadia Kadiri, en collaboration avec le laboratoire de Santé mentale, de Cognition et de Psychopathologie et le Centre psychiatrique universitaire Ibn-Rochd. Sur les objectifs de cette étude, les chercheurs avancent que «dans un pays comme le Maroc où les tabous et les non-dits sévissent, Internet représente un espace de liberté empreint d’anonymat où l’individu vit des échanges divers hors du regard sociétal mais réalise aussi des penchants ou fantasmes pouvant conduire  à des mésusages dont découlent  des dérives certaines que nous nous sommes proposés de sillonner».

L’étude signale notamment que le Maroc se situe à la tête des pays africains en termes d’intensité de connectivité avec un taux de pénétration de 41,3 %, laissant derrière l’Italie avec 37 % et l’Espagne à 34 %.

«Le Maroc compte, en janvier 2011, près de 13 millions d’internautes, un chiffre en hausse continue. De plus, le nombre d’internautes est presque dix fois supérieur au nombre d’accès à Internet. Cela s’explique par le fait que les Marocains ne se connectent pas forcément depuis leurs domiciles, mais aussi à partir des cybercafés. En effet, le pays compte un très grand nombre de cybercafés avec un prix qui varie entre trois et six dirhams pour une heure de connexion », selon les auteurs de l’étude.

Autre constat, à l’échelle du monde  arabe, le Maroc, encore une fois, est le pays «qui a le plus de pages Web référencées par Google».

Technicité de la méthode

Le phénomène de cette excessive «cyberexistence» des Marocains et les psychopathologies, que génère un phénomène jamais étudié au Maroc auparavant, constituent l’esprit de cette étude. Toutefois, l’étude fait face à plusieurs critiques quant aux échelles sur lesquelles elle doit se baser. Imane Kendili évoque les Critères de Griffiths (1996), les Critères diagnostiques des dépendances comportementales de Goodman (1990), les Critères de Young, les Critères diagnostiques de l’usage problématique d’Internet de Beard et Wolf (2001) et les Critères diagnostiques d’addiction à Internet chez les élèves de collège Ko et al (2009). En ce qui concerne les personnes interrogées, l’étude a tenté de cibler un échantillon diversifié. Le premier questionnaire a été distribué dans des établissements universitaires publics «sans oublier la crainte qui pouvait émaner de la vague islamiste et les grèves ainsi que les insultes et les réactions agressives verbales ou écrites», remarque la psychanalyste. Le deuxième questionnaire, destiné aux adolescents de 12 à 18 ans, comporte 58 items et explore les domaines suivants : données socio-démographiques, usage général d’Internet, comportement vis-à-vis de la Toile, vie et violence sexuelles sur Internet. Les chercheurs ont pris soin de poser un questionnaire 3-en-1 avec 3 variations interrogeant distinctement les plus de 18 ans, les moins de 18 ans et un autre questionnaire en ligne destiné au grand public. En ce qui concerne le type de question qui ont été posées, l’étude s’est appuyée sur des «interrogations d’ordre général», «Internet et vous», «Votre vie intime», ou encore  des «Questions pour les couples ».

Quant aux paramètres, l’étude intéressée est basée sur le «sentiment de perte de contrôle» vis-à-vis d’Internet chez les Marocains et «l’usage et la durée excessifs passés sur Internet ». L’étude révèle notamment des chiffres emblématiques. « Sur un échantillon de 600 Marocains, 16,5 % ont une durée de connexion de 3 à 8 heures par jour alors que 3,3 % passent plus de 8 heures devant leurs ordinateurs quotidiennement. » Pour ce qui est de la fréquence de la connexion, « 75,6 % des Marocains se connectent le plus souvent le soir dont 64,9 % à des sites de discussion en ligne. Pour ceux qui ne se contrôlent pas du tout, le chiffre atteint 11,4 % », dévoile l’étude.

Les 12-18 ans encore plus accro

Pour les jeunes Marocains âgés entre 12 et 18 ans, Imane Kendili avoue qu’« il n’est pas si facile de poser des questions qui relèvent du tabou à des personnes si jeunes.» Mais, sur des questions plus vagues, les réponses ont été spectaculaires. «32,8  % d’entre eux se connectent tous les jours et 46,6% se connectent à Internet durant une à trois heures quotidiennement Au-delà de 8 heures de connexion par jour, ils sont à peine 7,8% à l’avouer», indique l’étude. Pour ce qui est de la soirée, les 12-18 ans atteignent les 64,7% alors que 57,8% ne peuvent vraiment pas se passer d’Internet. Bref, dans l’ensemble de l’échantillon, la cyberaddiction est aigüe.

Parmi les solutions que propose l’étude, mise à part l’urgence de tirer la sonnette d’alarme, il y a  la nécessité d’établir des campagnes de sensibilisation, de prévention et de sécurisation. Le Centre  d’addiction en ligne (Cali) est aussi là pour aider les «drogués» au Web, via un dispositif payant.

En attendant la publication de cette étude, n’oublions jamais, après tout, l’existence inéluctable de notre cher monde réel…


En 2009, la sexologue, psychiatre et psychothérapeute Nadia Kadiri publie, en collaboration avec la psychiatre Soumia Berrada, un manuel d’éducation sexuelle destiné aux jeunes. Ce guide a-t-il fait son effet depuis ?

L’éducation sexuelle se fait d’abord à la maison par des parents avisés, puis à l’école à travers des cours dédiés.L’éducation sexuelle se fait d’abord à la maison par des parents avisés, puis à l’école à travers des cours dédiés.

Le manuel a été accueilli avec beaucoup de sérénité et d’enthousiasme. C’est dire que la Marocaine et le Marocain sont capables de distinguer un produit «honteux» de celui qui traite de sujets éducatifs en les respectant », explique Nadia Kadiri. Mais, manifestement, les Marocains n’ont pas assimilé le livre des deux sexologues, plusieurs pratiques sexuelles s’avérant être déviantes à l’égard de la religion et tombant dans l’hypocrisie sociale. Deux ans après la publication du guide, Nadia Kadiri fait le point.
« La moitié de notre population est jeune, et, aujourd’hui encore, des jeunes filles entament une vie sexuelle sans y être préparées.

L’entourage et l’éducation n’inculquent rien en matière d’hygiène corporelle, de contraception et des risques d’un coït sans protection », constate Nadia Kadiri. Cette dernière trouve que les jeunes garçons conçoivent encore les filles comme un objet sexuel. Dans la majorité des cas, ce sont des prostituées qui éduquent sexuellement ces mêmes garçons.

Des chiffres pas du tout sexy

« Les garçons sont très mal ou pas informés. Aucune responsabilité. Ils vont vers les jeunes filles pour calmer leurs fortes pulsions. Si la fille tombe enceinte, ils ne se sentent pas concernés. D’ailleurs, beaucoup de jeunes hommes ont leur première relation sexuelle avec une prostituée. Alors que la première relation doit être vécue d’une façon exceptionnelle… », précise la sexologue. Ce genre de première expérience, souvent « bâclée », engendre chez les Marocains un grand nombre de problèmes dans leur future vie de couple . La perversion, par exemple, de personnes en manque affectif ou sexuel, peut pousser à des violences sexuelles contre les enfants et les femmes ou encore engendrer des grossesses indésirées.

«Une étude américaine avait mentionné un taux d’abus sexuel de 9,2 % », nous révèle Nadia  Kadiri. Pour ce qui est des grossesses hors mariage, les chiffres – officiels – de 2002 parlent de « 300 000 enfants abandonnés et récupérés par les orphelinats. En 2008, au moins 800 IVG quotidiennes, effectuées dans des conditions d’hygiène très douteuses, ont été recensées », nous confie-t-elle.

Peu informés en matière de sexualité, les Marocains vivent très mal leurs problèmes sexuels, selon la sexologue. « Les dysfonctionnements sexuels chez la femme au Maroc sont de 26,6%. Chez l’homme, les troubles érectiles sont, eux aussi, fréquents. D’après une étude que j’ai réalisée sur Casablanca avec un groupe de sexologues, 54 % des hommes souffrent de problèmes d’érection et d’éjaculation précoce», raconte la sexologue.

Ce qui doit changer aujourd’hui

L’ignorance fait que bon nombre de Marocains ne se protège pas contre les infections sexuellement transmissibles (IST). « Selon l’OMS, le nombre de cas d’adultes et d’enfants vivant avec le VIH en 2007, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, s’élève à 380 000, et ces chiffres sont en augmentation », souligne Nadia Kadiri.

En 2009, une étude réalisée sur la virginité au Maroc par un groupe de sexologues a confirmé que la sodomie reste l’une des seules échappatoires aux pulsions tues par les jeunes filles. Les résultats indiquent que la virginité doit être préservée, jusqu’au mariage, même si la jeune fille a déjà une vie sexuelle. « Pour concilier la contrainte biologique et sociale, les filles ont donc souvent recours à des arrangements… La préservation de la virginité devient alors hypocrisie », constate la sexologue.

Aujourd’hui encore, les choses n’ont pas ou très peu évolué. « Vivre sa sexualité au quotidien est complexe et reste lié aux règles de la société en matière de libertés individuelles, d’émancipation des femmes et d’éducation sexuelle. C’est la raison pour laquelle la virginité féminine est toujours considérée comme une «valeur» à préserver, que les rapports sexuels hors mariage sont prohibés et que la sexualité n’échappe pas à l’expression de rapports de force sociaux et économiques entre les hommes et les femmes. »

Interrogée sur la manière avec laquelle l’éducation sexuelle doit être dispensée, Nadia Kadiri évoque trois points essentiels : « Acquérir des comportements de prévention contre les MST (maladies sexuellement transmissibles, ndlr), les violences sexuelles et les grossesses hors mariage». La maturité psychologique permettra une maturité sexuelle. La confiance et l’aisance pendant le rapport suivront. L’éducation sexuelle se fait alors à la maison, par le biais de parents avisés, et à l’école, via des documentaires éducatifs, des tables rondes et des ateliers, et non pas sur Facebook.◆